23 mars 2014

Douceur de la nature




caro9_by_pixmebeautiful

















Spring_is_here_by_Myrto_P











spring_in_your_heart_by_shaycrush









Colors_of_Spring_by_RagedyOldBitch








Night_flower_by_EliseEnchanted

















































violet_by_missfortunex












Violet_by_NorilorFrost












violet_dreams_by_lara_b-d3h948y














Violet_by_Neitheea











Question_de_violet_by_avit_g











Violet_units_by_ACIDMEAT














hesitant_spring_by_denkyo













La_Lumiere_by_Brunhilden













symphony_of_light_by_damaskangel-d3b4i0t











Sun_Dew_3_by_TomMontgomery










COULEUR_ORANGE_by_synix






























































































22 mars 2014

Physique et Spiritualité : Indissociables et Etroitement Liés




Nous avons souvent cette image, cette croyance ou même cet encouragement que d’être spirituel c’est d’avoir laissé tomber toute forme d’égo, ainsi que d’intérêt et d’identification à notre corps physique. 

Pour beaucoup de personnes « spirituelles » ou qui se disent « spirituelles », la spiritualité signifie ne se concentrer finalement que sur notre être intérieur, multidimensionnel, notre « corps astral », ce que nous sommes réellement, autrement dit « notre âme » et notre conscience supérieure.



Ainsi, nous avons tous en tête l’image, pour représenter la spiritualité, de tous les plus grands guides et sages, barbus, avec de longues robes blanches, dénués de tous artifices et de toute identification à leur corps physique.

Tous ces guides ont eu et ont leur place dans l’histoire de l’humanité, dans l’évolution de nos consciences, ils ont tous apporté une pierre à l’édifice, à travers le véhicule qu’ils avaient choisi d’avoir dans cette vie. Pour certains, la sagesse et la vérité ne peut être exprimée qu’à travers la bouche d’un personnage de ce type de profil, et donc il fallait des guides qui correspondent à cette demande et à ce besoin.

Cependant, nous avons tous des missions de vie différentes, et des choses différentes à expérimenter sur terre. Déjà, le fait d’être un homme ou une femme nous procurera une expérience totalement différente en terme d’expérimentation de notre corps physique, de sensations, de désirs, de désir de plaire ou d’exprimer la beauté.

 La femme dans son féminin sacré (ou plutôt l’essence féminine, qui peut être présente chez la femme mais aussi chez les hommes en plus ou moins grande proportion) est de nature plus créative et aime se parer d’ornements, aime diffuser la beauté. L’homme ou l’essence masculine (« sacrée ») se concentre souvent sur d’autres choses plus terres à terre, la construction, la concentration, faire ce qui est à faire, la force, la protection, la sagesse.
 Par essence même déjà nous sommes différents (et complémentaires).

Malheureusement à l’heure actuelle, dans nos sociétés « développées » (matériellement mais non spirituellement), les véritables énergies du masculin et du féminin sacrées ont été largement bafouées et oubliées, voire volontairement floutées par une société qui ne souhaite pas que ses individus soient dans leur plein pouvoir, sinon le contrôle et la manipulation serait impossible (plus de surconsommation, médicaments à haute dose, dépendance aux substances, aux divertissements, à  la télévision, etc…).

Mais que veut dire « être spirituel » ?
 Etre spirituel cela veut dire en effet avoir compris que nous ne sommes pas qu’un corps physique, vivant dans cette réalité en trois dimensions.
 Cela veut dire que nous savons que notre conscience est en dehors de notre corps et que cette conscience supérieure est multidimensionnelle et capable de voyager.
C’est savoir que nous sommes Corps, Ame et Esprit et que tout acte sur l’un impacte les deux autres. C’est comprendre que tout ce qui se passe
 « énergétiquement » agit sur le corps physique et que tout ce qui se passe « physiquement » 
agit sur le corps énergétique. 

Vouloir laisser entendre que tout être spirituel doit abandonner totalement son corps physique (qui serait associé à l’égo) est donc un non sens.
 Laisser aller son corps physique à l’abandon c’est se laisser mourir spirituellement également.

Maintenant, si nous avons conscience que notre corps physique n’est autre que le véhicule de notre conscience, et qu’ainsi, il est tout à fait noble et sage de vouloir l’honorer et de le rendre à notre image, l’image de notre moi supérieur, alors pour moi c’est la parfaite maîtrise de nos deux aspects (physique et spirituel).



Notre corps physique,
 véhicule de notre conscience supérieure


Toute âme / conscience a besoin d’un corps physique pour exister et pour expérimenter la troisième dimension, la densité terrestre, et les 5 sens physiques (toucher, ouïe, goût, odorat, vue avec les yeux).
 Sans cela nous ne serions qu’énergie et serions invisibles pour la plupart des humains. C’est notre corps qui chaque jour nous permet réellement de réaliser tout ce que nous sommes venus réaliser ici sur Terre; de vivre des relations avec d’autres êtres humains, de pouvoir caresser des animaux, manger des aliments, travailler, créer, construire, en bref, faire toutes les activités physiques que nous pouvons faire grâce à ce corps d’une perfection incroyable qui nous a été donné.

Beaucoup ne réalisent pas la magnificience du corps humain, à quel point tout est parfait dans ses fonctionnalités (et c’est la même chose pour chaque espèce et chaque ecosystème de la planète).
 La terre en elle-même est un système incroyablement parfait. Et pourtant, nombreux sont ceux qui l’abusent volontairement chaque jour (que ce soit la planète ou leur propre corps), avec des actes ou des substances nocives et néfastes. L’humain est capable de fumer volontairement des petites tiges blanches contenant du goudron et des centaines de substances qu’il sait pertinemment être un véritable destructeur du corps humain à chaque bouffée, mais va le faire en toute conscience, même s’il y a des images de son futur cancer sur le paquet de ses cigarettes. On lui donne un corps parfait et chaque jour il le détruit, avec chaque repas qu’il prendra plus ou moins en conscience, chaque substance qu’il mettra dans son corps, mais aussi chaque pensée qu’il cultivera, car nous savons désormais que les pensées agissent directement sur le corps, soit comme l’effet d’un poison, soit comme l’effet d’un puissant médicament naturel.


Malheureusement, encore une fois dans nos sociétés actuelles consuméristes et déconnectées de toute spiritualité, le corps physique a pris une trop grande importance, mais pas dans son intérieur, uniquement dans son apparence extérieure. 
On court après la « beauté » et la perfection, la jeunesse, mais pas pour les bonnes raisons. On compte s’en servir pour se « définir » et pour s’évaluer par rapport aux autres.
 Si on est « plus beau » que quelqu’un alors on se sent supérieur à lui ou on est considéré comme « mieux » que lui du point de vue de la société, comme « admirable ».

 On fait du sport et on fait des régimes, pas parce que l’on a conscience de la perfection du corps humain et de sa magnificience et de notre devoir d’en prendre soin, mais pour être « sexy » à la plage cet été, pour attirer le regard des autres (et combler un vide intérieur), ou pour encore une fois correspondre aux critères de la société dans laquelle on vit, pour avoir l’impression d’exister et d’avoir de l’importance, ou simplement d’être « normal » et d’être « ce qui est aimé », négligeant toute autre forme de développement personnel intérieur.


Mais « Physique » veut-il toujours dire « Ego » ?

Certaines personnes qui se disent « spirituelles » associent toute forme de beauté physique ou de recherche de la beauté ou de l’harmonie physique à l’égo (l’égo étant pour eux l’ennemi numéro 1 de la spiritualité).

 Elles n’ont tout simplement pas envisagé que la personne puisse avoir envie d’exprimer la beauté ou une forme de beauté mais pour des raisons justement très « spirituelles ».

Nous encourageons l’expression, la recherche et la création de formes de beauté à travers tous supports tels que l’art, l’écriture (beauté des mots), la musique (beauté des mélodies et de l’association des notes), et même chez les autres espèces, la beauté d’un lion ou d’un tigre est glorifiée et appréciée à sa juste valeur.

 Mais un être humain spirituel qui chercherait à exprimer sa propre idée de la beauté à travers son corps physique, en plus de son âme, serait dans « l’égo » (autrement dit, cela serait forcément « négatif » et ne serait que la preuve que cet être n’est en fait « pas si spirituel que ça »…).

Encore une fois, nous sommes dans l’égo « négatif » (illusoire) que si nous nous identifions à notre physique en pensant que c’est ce qui nous définit en tant que personne, à part entière, et que nous utilisons notre physique comme moyen de séparation et d’évaluation par rapport aux autres (classement vertical). Cette forme d’identification au corps physique et de séparation des autres par rapport à des critères purement physiques est bien évidemment catastrophique pour la société et pour les humains entre eux. Celui ou celle qui ce sera identifié à son corps physique ou à sa jeunesse sera sous le choc lorsque qu’il ou elle vieillira ou si jamais il ou elle a une maladie ou un accident un jour. De plus, ne se préoccuper que de son apparence extérieure (basée donc uniquement sur le regard des autres) apporte un stress considérable quotidien car il faudra toujours être ce que les autres aiment et non ce que nous aimons nous, et le jour où nous n’existons plus dans le regard des autres alors tout s’effondre, n’ayant pas de monde intérieur pour nous remplir par lui-même.

Maintenant, si nous souhaitons utiliser notre corps, comme instrument pour exprimer la beauté, l’amour, l’art, avec une belle énergie, une énergie pure, dans le but d’inspirer, d’exprimer sa vérité, la vérité de notre être supérieur, alors là nous ne sommes plus dans l’égo, mais dans l’amour de soi, et dans l’expression de soi, voire même dans l’art, car nous utilisons notre corps comme moyen d’expression. Notre corps est un instrument de beauté et d’énergie positive (ressentez la différence d’énergie entre la photo ci-dessus et celle ci-dessous, et pourtant la femme ci-dessous est nue, mais l’énergie est puissante et magique, alors qu’au dessus elle est très basse). Finalement, ce n’est jamais une question de physique ou de nudité pure et dure, mais toujours une question « d’énergie ». Quelle est l’intention derrière. Diviser ou inspirer.


Physique, énergie et spiritualité

Nous savons que tout est « énergie » dans ce monde. Chaque aliment que nous avalons, chaque objet que nous voyons, chaque pensée que nous avons, peut être mesurée énergétiquement. Ainsi, nous pouvons nous-mêmes être mesurés énergétiquement, nous avons tous une énergie propre, raison pour laquelle, parfois nous rencontrons des gens qui nous « vident », et parfois après avoir vu d’autres personnes nous nous sentons bien, énergisés.

 D’où cela provient-il si ce n’est justement qu’effectivement des transferts d’énergie se font en permanence, chaque jour dans nos vies, que ce soit avec les autres humains, les animaux, les aliments, et nos pensées ?

 Par chacun de nos actes et chacunes de nos pensées, soit nous diminuons notre énergie soit nous l’augmentons.


Alors, quelle est LA condition pour développer sa spiritualité, accéder à sa conscience supérieure, développer ses sens spirituels ?

Et bien, c’est d’avoir une énergie, un taux vibratoire suffisamment élevé. Il en est de même pour ressentir la sensation de « bonheur », de joie, elle n’est qu’une question de vibration. Plus notre vibration est élevée, plus nous sommes dans la gratitude, dans la joie et dans l’amour. Plus notre vibration est basse, plus nous sommes dans la victimisation, le sentiment d’impuissance, le désespoir, la colère, ou même la haine.


Ainsi, chaque aliment que nous mangeons, influe directement sur notre état général. Les aliments « négatifs », qui font baisser notre vibration (produits chimiques tels que l’aspartame, les pesticides, les aliments morts et chargés d’énergie de souffrance tels que la viande, certains aliments cuits, les farines raffinées, sucre blanc, alcool, etc), contribuent à faire chuter notre énergie vibratoire et ainsi donc à nous faire basculer du côté des émotions négatives.

 A l’inverse, une alimentation basée sur l’alimentation vivante (nutriments riches et variés, beaucoup de fruits et de légumes biologiques, avec une bonne proportion d’aliments crus) nous aidera à nous élever énergétiquement parlant et donc, par conséquent à nous faire accéder à ces émotions positives que sont la joie et l’amour. 

Vous n’avez pas idée à quel point notre alimentation impacte tout notre être (physique et énergétique) et donc qui nous sommes !

C’est la même chose pour l’exercice physique.
 Il n’est plus à démontrer l’impact considérable de l’exercice physique sur notre être tout entier, ainsi que toutes les fonctions du corps humain et même de l’esprit, qui seront chacune impactées lors de la pratique d’un exercice physique. Le mouvement est indispensable au corps humain. L’exercice, en plus d’impacter positivement sur la santé, les voies respiratoires, les muscles, les os, permet aussi à certains organismes et cellules de voyager là où elles le doivent au sein de notre corps.

 Sans mouvement, ce sont beaucoup de fonctionnalités et d’organismes qui se meurent. Et si nous considérons que chaque organisme vivant et donc chaque cellule de notre corps a elle aussi son énergie, alors vous comprenez donc l’importance que toutes celles-ci soient elles aussi dans leur plus haute énergie afin de contribuer à notre état général de bien-être physique, qui deviendra donc également obligatoirement aussi mental et émotionnel (encore une fois, on ne peut impacter l’un sans influencer les autres et toute augmentation de taux vibratoire est bénéfique pour tous les autres aspects de notre être).


Par conséquent, nous avons donc ici la démonstration que le physique permet donc d’accéder à la spiritualité. Puisque la spiritualité et l’état spirituel de pleine conscience de qui nous sommes réellement ne peut être atteint que si notre vibration est suffisamment élevée pour pouvoir percevoir et ressentir autre chose que la troisième dimension (purement physique) et s’ouvrir aux autres réalités et au développement de nos intuitions, communication avec notre conscience supérieure et même d’autres guides. Un physique laissé à l’abandon est donc un véhicule qui ne peut nous emmener dans les hautes sphères de qui nous sommes réellement !


Utiliser son physique pour devenir la représentation de son « higher self »

Quand j’ai commencé à vouloir me transformer physiquement, je savais que ce n’était pas pour ressembler à qui que ce soit ni pour correspondre à telle ou telle mode ou critère de société. J’avais ma propre vision bien précise de la meilleure version de moi-même. Qui j’étais, mais dans sa version améliorée, dans sa version plus harmonieuse. Après des heures, des mois et même des années de travail et de recherches personnelles, je me suis petit à petit transformée, physiquement mais par conséquent aussi intérieurement, mentalement et spirituellement, encore une fois puisque tout est lié, et surtout parce que je le faisais pour les « bonnes » raisons : pour devenir la meilleure version de moi-même et non pour correspondre à des critères de société, ou être plus acceptée des autres. Au contraire, lorsque l’on devient qui l’on veut vraiment être, l’on subit souvent à l’inverse le rejet des autres, la jalousie, le jugement, car nous devenons alors un miroir pour eux, les renvoyant à leurs propres manquements et à leurs propres problèmes vis à vis d’eux-mêmes.

 C’est donc un véritable combat intérieur et extérieur que d’avoir la force d’être soi dans un monde qui fait tout pour que l’on ne le soit pas.

Lors de mes méditations et de mes connections profondes avec ma conscience supérieure, j’ai pu apercevoir et intéragir avec mon « higher self ». J’ai pu la voir, cette version de moi, en version « parfaite ».

 En effet, au delà de notre corps physique, ce que nous sommes réellement est un être « parfait », puisqu’il est pure énergie et est dénué d’émotions négatives. C’est nous, mais dans d’autres dimensions et cela devrait être notre aspiration que de se rapprocher de lui/ d’elle au maximum, dans ce plan physique. C’est de notre conscience supérieure que nous devrions souhaiter toujours plus nous rapprocher.


Il se trouve que mon « higher self » dans mes médiations est blonde aux cheveux longs, mince et un être très lumineux et doux, mais à la fois très fort, et rempli de compassion et de sagesse (image de gauche).

Malheureusement dans la culture et la société à laquelle j’appartiens ici sur Terre, être blonde et mince n’est pas du tout associé à quelque chose de spirituel, mais bien tout le contraire (souvent associé à « superficialité » ou à « stupidité »).

C’est la même chose par exemple pour une personne dont la vision de son higher self est représentée par un être avec des cheveux de couleurs, ou des tatouages, ou des muscles, ou autre caractéristique propice au jugement négatif des autres dans certaines de nos sociétés humaines.

Alors, que faire lorsque la vision de notre higher self correspond à quelque chose de mal jugé dans la société dans laquelle nous vivons ?

 S’interdire d’être qui l’on veut vraiment être, d’expérimenter la meilleure version de nous-même et d’être qui nous souhaitons être pour ne pas déranger les autres ou subir leur jugement ?

 Et ainsi, ne pas être en alignement avec qui nous sommes réellement ?

Le problème, c’est que ces jugements diffèrent d’une culture à l’autre, d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, d’une communauté à l’autre. Pour certains pays, le tatouage est normal, pour d’autres, les têtes rasées le sont aussi, pour d’autres, la blondeur n’a aucune connotation négative.

 Alors, la question à se poser est réellement, qui serions-nous si aucun jugement n’existait ?

 Nous avons atteint l’alignement parfait avec nous-mêmes quand nous pouvons répondre haut et fort, 

« je serai qui je suis actuellement ».

 Mais très peu de personnes peuvent répondre cela, et c’est de là que provient le phénomène de jalousie et de mal-être qui consume la plupart des humains. Quand sommes-nous jaloux de quelqu’un ? :

 lorsque cette personne possède quelque chose que nous aimerions posséder, souvent secrètement. La personne que nous jalousons nous envoie le reflet de ce que nous ne sommes pas ou plutôt de ce que nous nous interdisons d’être, car nous avons tous des capacités extraordinaires de développement physique, mental, et spirituel. Une personne qui est qui elle veut être, ne sera jamais jalouse des autres. Si par exemple elle se trouve en présence d’une personne qui a des traits ou caractéristiques qu’elle souhaiterait aussi posséder, alors au contraire elle s’en inspire sans la jalouser, pour continuer à toujours se rapprocher de son propre higher self, sa propre conscience supérieure, et non encore une fois pour ressembler à quelqu’un d’autre.

C’est la principale raison pour laquelle beaucoup de gens rejettent la différence. Un être qui ose être différent est un miroir puissant, qui, dirigé en face d’eux leur montre ce qu’ils n’ont pas le courage d’être. De tous temps, on a rejeté la différence, les personnes avec des piercings, des tatouages, des coupes de cheveux ou couleurs de cheveux différentes, des styles vestimentaires différents.

 Ces personnes sont de puissants reflets de ce que beaucoup n’auraient jamais le courage d’être. Même si par exemple nous n’aurions pas envie forcément d’être comme ces personnes, leur courage d’être eux-mêmes nous renvoie à notre propre manque de courage d’être nous-mêmes. Alors nous les jugeons négativement et les rejetons.

Le souhait de chacun d’entre nous devrait simplement être de voir son prochain heureux d’être qui il est, peu importe qui il est et comment il est. Imaginez un monde où chacun est qui il a vraiment envie d’être ?

 Une société où chacun incarne la représentation de son « higher self » ?

 Notre société nous formate tellement, nous devons tous nous ressembler, il n’y pas de place pour l’expression individuelle ni pour la différence.



Acceptation ou Action

Si chaque matin nous nous regardons dans un miroir et que nous éprouvons des pensées négatives à notre sujet, sur nous, ou notre physique, alors, nous sommes dans une vibration négative, dans les émotions négatives et donc nous ne pouvons pas nous élever dans les hautes sphères de la spiritualité ou tout du moins cela sera plus dur et chaotique. 

La spiritualité passe avant tout par l’acceptation de soi, alors soit nous travaillons sur le fait de nous accepter tel que nous sommes et accepter ce qui ne peut être changé, soit nous faisons tout pour changer ce que nous pouvons effectivement changer et devenir la personne que nous souhaitons être.

Nous ne pouvons tout simplement pas rester dans un état d’insatisfaction et de rejet de nous-mêmes. C’est un état hautement nocif qui nous mange de l’intérieur et nous empêche encore une fois de nous élever dans d’autres domaines.

La première chose à faire est donc de se demander si nous sommes qui nous avons vraiment envie d’être. Attention, je le répète, qui nous avons envie d’être, au fond de nous, et non pour plaire, ou pour correspondre à des critères extérieurs.

 Si la réponse est oui, alors c’est très bien, et sachez que vous continuerez tout de même à évoluer. Ce que nous voulons être à un instant T peut varier l’année d’après et notre but sera toujours de s’aligner avec chaque nouvelle version de qui nous sommes réellement.

Si la réponse est non
 (comme c’est le cas pour la majeure partie des gens, sinon nous n’aurions pas autant de cas de dépressions, consommation de médicaments à outrance, problèmes de santé, mal-être etc), alors il convient de se demander ce que nous faisons pour nous aligner à qui nous sommes réellement et nous rapprocher de notre propre vérité.

Les personnes qui rejettent tout ce qui appartient au monde physique, estimant que le monde « mental », « intellectuel » ou spirituel est ce qui compte le plus, et jugeant le physique comme faisant partie de « l’égo », s’interdisent souvent beaucoup de choses, et sont parfois ensuite rongées par la jalousie ou la haine. Elles ne prennent pas soin de leur corps par « résistance » au monde physique.

 Autre exemple, certaines femmes peuvent refuser de se maquiller ou de s’habiller de manière féminine par « rejet » encore une fois ou résistance, et pour s’efforcer d’appliquer des principes « spirituels » prônant le détachement du physique, le poussant à l’extrême. Mais encore une fois, si au fond de nous nous avons envie d’être une belle femme ou d’être un homme musclé ou fort physiquement, parce que c’est l’image de notre higher self, et que nous nous empêchons de le faire pour le regard des autres ou parce que nous nous sommes convaincus que ce n’est pas « spirituel », alors encore une fois nous renions notre propre vérité et nous ne sommes pas en alignement avec qui nous sommes réellement et ce que nous sommes venus expérimenter sur terre.






Conclusion : Physique et Spiritualité

Notre monde est encore trop basé sur 2 extrêmes : l’on doit être soit « spirituel » et oublier totalement son corps, soit « physique » et négliger totalement sa spiritualité. En réalité, les deux sont indissociables et agir négativement sur l’un ne peut qu’agir négativement sur l’autre, de même qu’agir positivement sur l’un ne peut qu’agir positivement sur l’autre.

Notre corps est un puissant véhicule et un magnifique temple sacré qui, utilisé à bon escient, peut devenir l’instrument des plus belles découvertes, sensations, réalisations et des plus belles expressions de beautés individuelles.

Si chacun d’entre nous se donnait le droit de devenir qui nous sommes réellement et qui nous voulons être, alors la paix et l’harmonie intérieure serait beaucoup plus présente en chacun d’entre nous  (et donc par opposition moins de conflits intérieurs et extérieurs).

Puisque toute pensée et tout acte est vibration, et que l’évolution spirituelle n’est possible qu’en élevant sa vibration, alors l’on comprend qu’il est primordial d’aimer qui nous sommes, d’être en alignement avec nous-mêmes et de prendre soin de notre corps tant au niveau de sa nutrition, que de son mouvement, mais aussi que de son reflet.

Travailler sur son physique permet de travailler sur son âme, et travailler sur son âme permet de transformer son physique. Ils sont indissociables et étroitement liés.

Il est temps de devenir votre higher self…



Cet article a été écrit par Laura Marie, tiré de son site personnel dont voici la source originale :
http://lauramarietv.com/fr/physique-et-spiritualite-indissociables-et-etroitement-lies/